tamazight-3

Il est aberrant et absurde de constater, qu’au 21em siècle, nous avons toujours des pensées tribales et moyenâgeuses, nous exerçons un racisme à l’encontre de nos concitoyens et à l’encontre des descendants des peuples indigènes d’Afrique du nord, bien que, la constitution Algérienne ; dans son article 4, garantit et affirme que la langue Amazigh est une langue nationale et officielle, et que l’Etat a le devoir de la préserver et de faire sa promotion, tout comme il le fait pour la langue arabe.

Après des années de militantisme et de sacrifices, de la part de toutes les personnes et organisations, afin de constitutionnaliser la langue Amazigh, la parlementaire islamiste écervelée du nom de Naima Salehi, sur l’une de ses publications Facebook, vomit sa haine et incite les arabophones à ne pas étudier la langue Amazigh.

Sa vantardise est une atteinte à la constitution et à l’identité et au peuple, où la plupart nient leur vraie identité et se disent arabes.  Dans ses propos elle déclare ‘’Vous allez pleurez comme des femmes si vous ne conservez pas votre arabité’’ chose misogyne et rétrograde, comment une soi-disant représentante du peuple peut lancer des propos sexistes alors que le monde en entier veut se débarrasser de ces termes des temps obscures.

L’homme doit-il se déraciner de ses émotions et devenir telle une machine ? La constitution affirme-t-elle que les larmes doivent uniquement couler des yeux des femmes ? Comment une personne qui occupe un poste politique peut-elle utiliser des propos misogynes et sexistes pour rétrograder la femme ?

Ce n’est pas la première fois, que cette écervelée utilise ces propos à l’égard d’une communauté qui compose cette nation, elle avait l’habitude de les désigner comme des traîtres, et inciter les arabophones à s’attaquer à tout ce qui est Amazigh. Et si on lui demandait son avis sur ce qui s’est déroulé en Amérique entre les colons et les indigènes elle sera la première à dire que c’était un génocide et qu’elle est contente d’être une musulmane, alors que ses actes s’inscrivent sur la même lignée.

Comment nous voulons que la classe populaire respecte la constitution et les lois alors que la classe politique viole cette même constitution et ces mêmes lois sans être punie ? car  elle leur assure une immunité même si ces personnes politiques transgressent la constitution et les lois de la république.

En contrepartie, les libres penseurs et les écrivains sont pourchassés et sont interdit de s’exprimer sur leurs idées. Et le silence exercé par les responsables et la justice à l’égard de cette parlementaire est un encouragement à enflammer la haine entre les différents composants de la société et à nier le patrimoine historique de notre civilisation en la désignant comme une ‘’Minorité’’.

Par : Zilan Ali 

Traduit de l'arabe par : Azzedine Derradj