LAT04_PARTIS_POLITIQUE_01_G_HAUT

La sphère politique Algérienne connait l’existence d’une soixantaine de partis, les uns se réclament Nationalistes, d’autres Islamistes, d’autres se réclament Marxistes ou bien Trotskistes, et d’autres se réclament Progressistes…, une telle diversité d’idées et d’opinions est, naturellement, une excellente chose et pourrait être bénéfique à la nation algérienne, mais hélas ce ne sont que des slogans, ou plutôt, si je devais donner ma propre définition, ces organisations ne font que dans la cacophonie politique.  

En raison de multiples circonstances, que je mentionnerai plus bas, j’avais choisi une forme de lutte distinctive sans aucune appartenance partisane et sans aucune appartenance à quelconque regroupement d’individus qui ont des idées préconçues. C’est une forme de lutte à forme et à caractère indépendant.

La lutte pour les droits de l’homme et pour les libertés n’est pas acquise et ne revient pas de droit uniquement aux partis politiques ou toute autre forme d’organisations collectives, mais l’individu et le citoyen simple peut contribuer à la lutte sans que cela ne l’oblige à rejoindre une organisation précise, et particulièrement dans le monde d’aujourd’hui où chacun représente ses propres idées.

Les raisons pour lesquelles j’ai décidé d’entamer une lutte à ma façon, et selon ma perception des choses sont nombreuses, mais je pourrais les résumer en quelques points :

   - La Non-transparence des partis politiques : les intentions des partis politiques n’ont jamais été claires et le franc-parler n’est qu’un slogan parmi d’autres.

   - Le dogmatisme et l’envie d’imposer une idéologie précise à l’ensemble de la nation.

   - La non-cohérence des programmes socio-politiques et économiques.

   - L’aliénation au système et au pouvoir actuel.

   - L’absence d’engagement et d’un militantisme sincère.

  - L’alliance des partis pseudos-démocrates avec des mouvements islamiques qui ont toujours affiché leur opposition à la démocratie en la considérant comme blasphème et hérésie.

Lutter indépendamment sans intégrer un organisme politique est un choix et un devoir pour faire face à la bureaucratie au sein des partis politiques, qui donnent dans la plupart des cas la parole à des incompétents.

Avons-nous vraiment besoin de partis politiques pour réaliser un changement en Algérie ? Comment un individu pourrait-il participer indépendamment à la vie politique, sociale ou autres ?

En Algérie, nous n’avons plus vraiment besoin de partis politiques, puisque ces derniers, quelques soit leur mouvance, ils ont prouvé leur échec, et leur lutte n’est plus dans le but de contribuer à un changement réel et majeur, mais uniquement pour accéder au pouvoir, et ils sont prêts même à s’accoler avec le diable pour ça (le cas des pseudos-démocrates qui se sont alliés aux islamistes).

Les personnes qui constituent les communautés et les nations peuvent, indépendamment, contribuer et participer à la vie politique, sociale et autres sous plusieurs formes ; Militantisme des droits de l’hommes, contribution d’idées avec les différents disciplines artistiques, sport ou simplement prendre la parole sur les différentes plateformes qui existent de nos jours et notamment sur le web. Et ça pourrait faire valoir les droits de la personne, et probablement dans certains cas influencer l’exécutif du pouvoir.

Par : Azzedine DERRADJ